> BDz-Mag > Le Blog

Shared Manga : le concept qui dérange

jeudi 23 avril 2015, par BDZMag


Le nouveau concept de Kana qui n’est même pas encore en ligne se fait littéralement déchirer en deux par les auteurs sur Facebook.

Voyons de plus prés ce projet :

C’est un tout nouveau concept, créé avec les éditions Kana pour construire une nouvelle voie pour le manga francophone !

- Vous avez un projet de manga qui vous tient à cœur ?
- Vous avez envie de vous lancer des défis et de partager votre travail avec une immense communauté d’internautes ?
- Vous rêvez d’être publié ?

- Voici une nouvelle façon de faire : la prépublication en ligne sur Shared Manga

[violet]=> Mais comment ça marche ?[/violet]

C’est très simple.

  • Si votre projet est sélectionné, il obtient un contrat avec Kana de prépublication sur cette plateforme !
    Votre série sera alors lue par toute la communauté qui votera pour sa ou ses séries préférées !
  • Si c’est la vôtre, elle passera directement devant la direction éditoriale de Kana pour discuter d’une publication papier !

[violet]⇒ Une prépublication, mais à quel rythme ?[/violet]

15 planches par mois minimum (vous pouvez faire plus !). C’est un rythme qui permet de laisser du temps pour la réalisation des planches sans perdre l’attention de la communauté, impatiente de connaître la suite de votre histoire.

En relevant ce défi, vous prouverez sans aucun doute que vous avez toutes les compétences requises pour devenir mangaka professionnel. C’est un tout nouveau tremplin, ouvert à tous, pour les passionnés et les aspirants mangakas francophones !

Ce génial concept a eu un accueil plus que mitigé sur Facebook de la part des auteurs


« Les éditions Dargaud cautionnent l’exploitation la plus éhontée des petits jeunes pour faire de la BD. 15 planches par mois ! Gratos ! Tu vis d’amour et d’air pur. Je recommande vivement à tout le monde de boycotter cette émanation fétide du néo-capitalisme dans sa forme la plus outrancière. »

« Pour l’instant c’est mal fichu alors j’ai quelques questions svp : comment comptez-vous savoir si la série est populaire ? A priori, pour l’instant, il n’y a rien de semblable à un sondage ou autre… Ensuite cette histoire de contrat.. On est sensé signer un contrat pour faire 15 pages par mois qui ne seront pas rémunérées mais dont vous garder l’exclusivité.. what ? C’est un peu de l’exploitation.. »

« Très pro de votre part de profiter d’auteurs naïfs et/ou inexpérimentés et prêts à (presque) tout pour arriver à se faire un nom. C’est un secteur en crise et exploiter des auteurs serait donc la solution ? Merci d’entretenir le cliché chez les lecteurs… »

« Kana peut effectivement être fier d’avoir élevé l’exploitation des jeunes dessinateurs une barre plus haut que ses concurrents… Je ne sais pas si la démarche est légale, mais une chose est sûre : elle sent mauvais. »

« Pourquoi vous avez donné un nom de domaine d’un manga à votre plateforme ?
Déjà les auteurs travaillent gratuitement, mais en plus ils donnent l’exclusivité à une plateforme avec un nom de domaine d’une autre BD ?
Le référencement des autres mangas sera noyé par le nom de domaine shared-manga, donc aucune visibilité sur internet. »

Et il y en a des pages et pages comme ça…

Je pense que le concept de Kana part d’une bonne intention : mettre en avant de nouveaux artistes. Il y en aura sûrement de prêts à participer à cette aventure, car l’expérience n’est pas nouvelle. Il y a d’autres systèmes déjà existants comme amilova ou passés comme manolosantics qui se sont engagés dans cette voie de la gratuité.

Par contre ce qui choque c’est d’imposer la création minimale de 15 planches par mois comme si l’auteur avait un contrat ou une contrepartie salariale ce qui n’est pas le cas a priori.
Peut-être il faudrait que Kana revoit sa Faqs où modifie certaines exigences.


[rouge]MAJ de dernière minute[/rouge]
Voici la réponse de Shared Manga :
Bonjour,

Nous avons en effet pu noter de nombreuses réactions négatives, tout comme nous avons aussi pu voir des auteurs qui restaient pragmatiques et attendaient d’en savoir plus avant de se prononcer. De ce que nous constatons, les réactions sont liées à un manque d’informations, entraînant des suppositions et des hypothèses.
Nous divulguerons très bientôt les détails de notre tremplin dans un prochain article. Il n’a pas été confirmé officiellement que la rémunération était inexistante. De plus, les conditions très particulières de l’exclusivité, autre sujet de litige, n’ont pas été exposées à l’heure actuelle.

Ainsi, dans le cadre de votre article, nous ne pouvons que vous conseiller d’attendre des informations officielles de notre part et de revenir vers nous par la suite.

Staff Shared
OK, ce n’est qu’un manque d’informations, dans ce cas, attendons…Qu’ils finissent les détails.

Je vais profiter de cet article pour vous rappelez que notre action Pirate ta BD a toujours besoin de nouvelles BD


Pirate ta BD est une diffusion de BD un peu comme Shared Manga sauf qu’on ne vous demande pas de faire une BD spécialement pour l’occasion, mais d’utiliser de ce qui a été fait pour le remettre en avant et le montrer aux internautes sur des canaux que le mode de lecture offline ( fichiers téléchargeables) permet de toucher directement.

Je vous rappelle que Pirate ta BD est une diffusion en Créative Commons sur :


Petite info au passage on planche sur un gros projet dans la continuité de pirate ta BD, mais c’est une autre histoire…

Les articles du BDzMAG vous plaisent ? Alors aidez-nous à promouvoir le blog en les partageant avec vos amis d'un petit clic sur les boutons ci-dessous...