> BDz-Mag > Le Blog

Izneo, l’illusion d’un anniversaire sans faille

mardi 7 avril 2015, par BDZMag

Avant de commencer cet article, j’aimerais dire que je n’ai rien contre Izneo, je n’écris pas à chaque fois contre Iznéo, loin de là, mais ce n’est pas de ma faute s’ils excellent dans la farce numérique…

Voilà, je l’ai dit.

Vous fûtes quelques-uns à recevoir ou à avoir eu en réponse sur Facebook ce texte venant du service de vente et location de BD numériques :

Tout d’abord, merci de faire partie de nos clients fidèles. Ensuite, nous sommes sincèrement désolés que vous n’ayez pu profiter de nos codes-cadeaux : nous avons rencontré une faille de sécurité et avons donc été obligés de bloquer les codes et retirer les BD achetées grâce à ces codes.
Toutefois, pour vous remercier de votre fidélité, merci de nous contacter et de nous indiquer en message privé l’adresse mail que vous utilisez sur Izneo et sur laquelle vous avez reçu le mail des 5 ans d’Izneo, nous créditerons votre porte-monnaie en fonction de vos années de fidélités !
Bien cordialement
L’équipe Izneo

Nous avons ainsi appris que pour les 5 ans d’Izneo, il y avait eu - c’est le terme qu’ils ont utilisé - une faille de sécurité. J’ai essayé donc de contacter Izneo sur le sujet, en demandant plus de précisions sur ladite faille. Pour toute réponse de leur part, j’ai reçu un communiqué de presse sur l’opération « 48h BD », qui intervenait ce week-end, pour lesquelles Izneo proposait une sélection de 12 BD numériques à prix cassé.

Ils ont de l’humour, à défaut de répondre aux questions posées. En même temps, je me doutais bien qu’ils n’allaient pas m’expliquer les détails techniques de cette faille et comment un utilisateur pouvait éventuellement l’exploiter…

Suite à cet échec, j’ai décidé de revêtir ma tenue de Mike Hammer, traînant au hasard dans les recoins obscurs de Google et ses forums de bonnes affaires, avec l’espoir de glaner une information valable sur cette fameuse faille.

Mes recherches furent comblées quand je suis tombé enfin sur les pages du forum de dealabs.com. Dans les 14 pages de commentaires du sujet « 5 BD numériques gratuites offertes par Izneo… », je venais de trouver des éléments qui, sans me fournir explicitement la réponse, laissaient entrevoir la vérité sur toute cette affaire.

En fait, la faille de sécurité doit plutôt être considérée comme un bug fonctionnel, car n’oublions pas qu’une faille de sécurité implique une faiblesse dans un système informatique, permettant à un intrus de porter atteinte à l’intégrité de ce système ou aux données qu’il contient. Or ce n’est totalement pas le cas ici : le bug qu’Izneo a subi a surement été causé par un mauvais contrôle des données en interne et permettait simplement d’acheter, grâce aux fameux codes, des séries complètes sans tenir compte de l’ancienneté du membre ou du nombre de BDs.

La réponse d’Izneo au bug a été radicale : suppression totale de tous les codes et des BDs achetées par tous ses membres sans exception. Ils se sont par la suite excusés auprès de leurs clients et leur ont proposé de les contacter pour créditer leurs porte-monnaie.

Donc tout est bien qui finit bien dans le meilleur des mondes ?

Eh ben non !

Cet épisode malheureux m’a fait penser à ce qui s’est produit avec Amazon, il y a quelques temps. Suite à un problème de droits, ils se sont permis d’effacer le livre incriminé dans les bibliothèques virtuelles de tous leurs clients sans les prévenir…

Bien sûr, vous avez tous coché la petite case des mentions légales, mais avez-vous tous compris ce qu’elles impliquaient ? La plate-forme de location – car il est dur de parler de vente dans ce cas-là – prend vos euros sonnants et trébuchants… et que vous propose-t-elle en contrepartie ? Un droit de lecture au bon vouloir de ladite plate-forme. Et c’est tout.

Mais, mon bon monsieur, vous allez me dire que ce sont des mesures indispensables pour lutter contre les vils pirates ! Pensez donc, si tous les fichiers étaient en téléchargement réel (fichiers numériques sur votre disque dur en local) ce serait l’anarchie !!!!

Le choix du streaming ne ralentira pas le piratage, c’est lui qui le multiplie en transformant des clients qui paient en pirates, juste pour avoir un droit de lecture permanent suite à leur achat. (Lisez ci-dessous des propos recueillis sur le forum dealabs.com). Les auteurs des messages ne sont pas des pirates, juste des clients qui utilisent la fonction copie d’écran de leur iPad !

Dans cet article je parle surtout d’Izneo, mais sur ComiXology, c’est la même chose… En pire.

Il existe d’ailleurs un plugin qui permet, non pas la capture d’écran, mais bien la récupération totale des images originales (qui, de toute façon, doivent bien être téléchargées par le navigateur de l’ordinateur ou l’application tablettes, sinon, elles ne s’afficheraient jamais…). Et ce plugin a été développé par un client qui lui voulait juste avoir une copie réelle de son comic book sur son disque dur en local.

À l’heure actuelle, il est important de rappeler certains faits :

  • Le vieillissement progressif du lectorat de BD franco-belge, moins accro aux écrans que les jeunes générations ;
  • La saturation de la vente des tablettes l’année dernière (lire http://www.mobi... sur le sujet) ;
  • La prolifération des webrips (copies d’écran des pages web) ;
  • L’envie des utilisateurs de posséder le fichier en local.

Si les éditeurs ne prennent pas en compte ces données, comment voulez-vous que le marché de la BD numérique décolle, alors qu’on propose aux clients un produit qui ne correspond pas à leurs attentes réelles ?

6 votes

Les articles du BDzMAG vous plaisent ? Alors aidez-nous à promouvoir le blog en les partageant avec vos amis d'un petit clic sur les boutons ci-dessous...