> BDz-Mag > Nos dossiers > Dossier : Bandes dessinées numériques natives

Histoire de la bande dessinée numérique française

vendredi 17 avril 2015, par BDZMag

La bande dessinée numérique existe en France depuis plus de dix ans, et le temps est venu nous apporter le recul nécessaire pour considérer ses évolutions historiques. Due à Julien Baudry, cette série d’articles entreprend de remettre en perspective l’effervescence actuelle dans un temps long, et de porter à la connaissance du public qui découvre la bande dessinée numérique en 2012 l’inventivité que déployaient certains auteurs à la fin des années 1990.
Mais cette « histoire de la bande dessinée numérique » a surtout vocation à tracer de grandes lignes et à ouvrir des pistes pour la réflexion à venir. Son auteur ne la conçoit pas comme un travail achevé et définitif, mais plutôt comme une brique première mais indispensable.

  • Partie 1 : contexte d’émergence de la bande dessinée numérique en France
    par Julien Baudry
    [avril 2012]

Cette première partie se propose de délimiter le terrain d’étude à un objet culturel de transition entre un champ analogique bien connu et un futur « nouveau média » hybride et encore en cours de définition, à travers l’influence des webcomics américains, les évolutions propres à la création artistique numérique et sa rencontre avec la bande dessinée, et enfin la naissance d’une communauté d’intérêt autour de la bande dessinée sur le web.

  • Partie 2 : la bande dessinée numérique à l’assaut du web (1996-2004)
    par Julien Baudry
    [mai 2012]

La bande dessinée numérique française des années 1996-2004, sous ses abords anecdotiques, est en réalité extrêmement riche. L’époque est celle d’une bande dessinée numérique encore relativement libre de son aîné papier, d’un domaine où règne l’expérimentation tout azimut détachée des enjeux économiques et des contraintes d’audience.

  • Partie 3 : les blogs bd, une spécificité française ?
    par Julien Baudry
    [mai 2012]

On considère traditionnellement le mouvement des blogs bd comme le démarrage véritable de la bande dessinée numérique française, et comme le particularisme essentielle de la production nationale. Mais derrière les grandes tendances, derrière la façade de l’autofiction dessinée, se cache une diversité d’œuvres dont l’objectif est tantôt la communication pure, tantôt la création, tantôt un peu des deux.

  • Partie 4 : croissance de la bande dessinée sur internet (2005-2008)
    par Julien Baudry
    [juin 2012]

La bande dessinée numérique des années 2005-2008 est éminemment singulière, et donne tous les aspects d’une phase de transition. C’est alors moins la nature des œuvres produites qui change que les conditions de leur réception dans la société française.

  • Partie 5 : formation d’un marché et évolutions esthétiques décisives (2009-2012)
    par Julien Baudry
    [juin 2012]

À partir de 2009 surviennent les premiers signes d’une autonomisation de la bande
vue esthétique, les débats sont de plus en plus vifs, les positions de plus en plus tranchées et les propositions de plus en plus élaborées.



Raconter à l’ère numérique:Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la communication de Julien Falgas

[bleu marine]Résumé de la thèse :[/bleu marine]

Considérant l’environnement numérique qui se caractérise par la convergence des modes et des formes discursifs, à quels cadres les auteurs et les lecteurs héritiers de la bande dessinée se référent-ils et de quelle manière s’y réfèrent-ils ? Il s’agit de comprendre comment des auteurs confrontés à de nouveaux dispositifs de publication produisent le sens commun nécessaire à la création de récits numériques dont les lecteurs parviennent à partager les standards de transcription, tirent des routines d’usage pour leur interprétation, et jugent attrayante la sélection et la mise en forme des évènements racontés. Après avoir présenté le contexte dans lequel ont émergé les premiers récits identifiés comme des « bandes dessinées numériques de création », l’étude porte sur l’analyse indexicale d’entretiens conduits auprès des auteurs et des lecteurs de deux de ces récits. L’analyse fait apparaître l’originalité des assemblages de cadres de références opérés par les auteurs et reconnus de leurs lecteurs. Cette étude montre ainsi l’importance des dynamiques de production de sens dans l’invention et l’adoption de nouvelles formes narratives. Le retour critique sur ce travail soulève plusieurs questions méthodologiques, notamment quant à la place du chercheur en tant qu’acteur engagé dans la production de sens, mais aussi quant à la prépondérance accordée au mot dans ce type d’étude, et enfin quant aux modalités d’entretien les plus favorables à la recherche et à l’élucidation des marques indexicales par lesquelles s’expriment les cadres de référence des acteurs.


Lire la thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la communication de Julien Falgas disponible en ligne sur la base documentaire de l’Université de Lorraine :


Sources :

[bleu marine]Neuvieme art.citebd.org :[/bleu marine]http://neuvieme…
[bleu marine]Julien.Falgas.fr :[/bleu marine]http://julien.f…
[bleu marine]Phylacterium.fr :[/bleu marine]http://www.phyl…

Les articles du BDzMAG vous plaisent ? Alors aidez-nous à promouvoir le blog en les partageant avec vos amis d'un petit clic sur les boutons ci-dessous...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.