> BDz-Mag > Nos dossiers > Dossier : Bandes dessinées numériques natives

Et, Dans la salle suivante…

lundi 11 mai 2015, par BDZMag


Le choix , voici ce que propose Martin Guillaume avec son projet « Et dans la salle suivante ».
Il s’agit d’une bande dessinée numérique qui demande aux lecteurs de choisir à la fin de chaque page comment continuer son aventure dans cet univers « heroic-fantasy ».
Le personnage principal est un barbare qui évolue dans les dédales d’un donjon, une quête dont le but ultime est de sauver la princesse à la fin.
C’est une BD muette en noir et blanc.


« La Bande Dessinée numérique tend à s’éloigner du papier, qui a pu contraindre le neuvième art. Elle lui préfère l’espace numérique où elle peut se déployer dans des échelles inédites et enrichir la narration d’algorithmes complexes et d’interactions inattendues.Et dans la salle suivante… est une BD créée selon un processus aléatoire. Elle s’imprime à mesure qu’on la lit. Ce dispositif de « Bande Dessinante », nouvelle forme de cet art narratif, joue à la fois des possibilités sensibles du papier et des possibilités narratives du numérique.
Pour créer une histoire selon un schéma narratif flottant, l’auteur doit laisser intervenir un autre acteur : l’ordinateur. Ainsi il redéfinit sa pratique et doit créer ses propres outils.La machine s’inspire des presses archaïques pour nier sa propre technicité, rassurer le lecteur. Cette simplicité apparente l’incite à tourner les rouages grippés de ce vieil instrument. Le lecteur devient acteur, puisque sans lui l’histoire ne peut prendre vie. Il est sollicité par l’histoire qui l’invite à faire des choix dont dépend le sort du héros. L’auteur se laisse oublier au profit de la machine qui devient un inlassable raconteur d’histoires. Chaque lecture nouvelle créera une histoire différente.
 »


« [bleu marine]« Et dans la salle suivante » consiste à la fois en un algorithme de création de BD aléatoire, ainsi qu’en une machine, la "raconteuse d’histoire". La machine attend l’action du lecteur pour se mettre en marche et imprimer la BD au fur et à mesure qu’il la lit. Quand l’histoire s’achève, la BD issue d’un procédé numérique n’est plus qu’une simple bande de papier, seul le lecteur original se souviendra de l’avoir vu "vivre".[/bleu marine]
 »

Voir en ligne : Site de l'auteur


Les articles du BDzMAG vous plaisent ? Alors aidez-nous à promouvoir le blog en les partageant avec vos amis d'un petit clic sur les boutons ci-dessous...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.