> La BDzthèque > BDz les auteurs

Dorian

lundi 19 novembre 2012, par BDZMag

Je travaille et vis à Paris.
Depuis tout petit j’ai toujours été attiré par l’image, au sens large, que ce soit au cinéma, dans les bandes dessinées, dans la publicité, les menus de restaurants, les boîtes de médicaments… Étant issu d’une famille de musiciens, j’ai été soutenu dans le choix d’une voie artistique. Du coup, après le BAC, je me suis naturellement dirigé vers le graphisme, car c’est un domaine très ouvert qui me permettait d’explorer beaucoup de choses. C’est en sortant de BTS que j’ai été embauché dans une maison d’édition où je travaille depuis maintenant 6 ans. Je conçois surtout des couvertures de romans pour jeunes lecteurs. C’est un travail que j’aime particulièrement, car on mise tout sur une image. Cela s’apparente au travail d’affichiste. On doit pouvoir résumer une histoire complète de manière évidente sous une forme graphique. J’aime aborder la question de manière émotionnelle. Ne pas donner trop de détails au lecteur mais plutôt l’amener vers une image qui traduit l’ambiance du livre. C’est un travail que je poursuis de temps en temps quand je réalise des affiches de concert ou de théâtre.

Je lis aussi énormément de bandes dessinées. J’ai grandi avec les revues que conservait mon père : Pilote, Hara Kiri, À suivre… Je ne lisais pas vraiment les histoires, mais j’étais fasciné par la diversité de formes que pouvait prendre un récit de bande dessinée. Le gros déclic s’est produit quand j’ai découvert les comics. J’ai toujours préféré fouiller dans les brocantes pour acheter des comics des années 70/80. J’avais un peu de mal avec les parutions des années 90 : des couleurs criardes, des dégradés et des effets infographiques. Ils n’avaient pas la force graphique de la génération précédente : une gamme de couleurs restreinte, le travail de la trame et puis la patine du temps leur donnait un aspect incroyable ! En grandissant j’ai petit à petit laissé les comics de super héros pour d’autres types de BD, plus « adultes ». Mais l’"american touch" a grandement marqué mes goûts d’adulte. J’ai découvert des artistes comme Adrian Tomine, Seth, Daniel Clows, Charlie Burn, tous issus de la scène underground mais que leur talent a fait sortir de l’ombre (comme Crumb, 10 ans avant). Ils ont tous comme point commun de traiter des histoires de jeunes adultes, un peu losers, qui ont du mal à se sentir à l’aise dans la société.
Source:http://www.asdepixel.com/
Blog de Dorian:http://facecam….

Les articles du BDzMAG vous plaisent ? Alors aidez-nous à promouvoir le blog en les partageant avec vos amis d'un petit clic sur les boutons ci-dessous...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.