> BDz-Mag > Brèves du Net

Décembre 2016 en numérique : la tournée mensuelle de Phylacterium

samedi 7 janvier 2017

Et la tournée numérique de Phylacterium vous souhaite ses meilleurs voeux pour l’année 2017 !

On va fêter ça en commençant dignement l’année par une rétrospective du dernier mois de feu l’année 2016…

La revue du mois : thèse, simultrad et challenge

Une revue du mois assez rapide pour décembre, mais des actualités choisies avec soin !

Tiens, par exemple, au début du mois a eu lieu la soutenance de la thèse de Philippe Paolucci à l’université Lyon 2, intitulée La bande dessinée numérique : entre rupture et continuité. Pour une approche socio-sémiotique de la transition numérique du neuvième art : l’exemple de la revue en ligne Professeur Cyclope. J’avais précédemment suivi les travaux de Philippe et suit ravi de cet aboutissement. Il s’agit à ce jour de la quatrième thèse sur la bande dessinée numérique, après celles de Magali Boudissa, Julien Falgas et Anthony Rageul. On suit ça de près pour connaître les avancées théoriques de ce nouveau travail…

Sans transition, on passe à deux informations sur la diffusion de bandes dessinées numériques. Côté création originale, les lecteurs réguliers de la plateforme Les auteurs numériques seront ravis d’apprendre qu’il existe désormais une application pour tablettes et smartphone, disponible sur appstore et GooglePlay. Bon… La version gratuite se finance par des pubs, ce qui est un peu dommage mais compréhensible. Une version payante existe pour éviter les publicités. Cette application clôt ainsi la mise en place d’un environnement complet autour de la plateforme, de la création à la diffusion.

Côté bande dessinée numérisée, et alors même que le rapport Ratier signale que la diffusion numérique de manga est souvent en retard par rapport à la diffusion papier, les éditions Pika signalent que To your eternity de Yoshitoki Oima fera l’objet d’une « simulpub », soit une publication simultanée par rapport au Japon. On sait que ce type d’accord permet aux éditeurs d’éviter le phénomène de partage illégal des scantrad, dont l’un des arguments est l’indisponibilité de certaines séries en France.

 

Mais il y a bien une dernière nouvelle dont je voulais vous parler. Alors que tous les ans, je peste après le FIBD qui ne décerne toujours pas de prix de la bande dessinée numérique, et se contente des deux concours, certes intéressants mais limités à des oeuvres « non-professionnelles », du Challenge Digital et de RevelatiOnline, j’ai été cette année agréablement surpris par la qualité des oeuvres du Challenge Digital. Et franchement je ne dis pas ça parce que je fais partie du jury du second (merci Wandrille et Thomas Mourier). Deux arguments pour vous le prouver.

Lire la suite de l’article sur Phylacterium.fr

Voir en ligne : Site Web

Les articles du BDzMAG vous plaisent ? Alors aidez-nous à promouvoir le blog en les partageant avec vos amis d'un petit clic sur les boutons ci-dessous...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.